Les forçats du bord de la route

T’as pensé à tout ? N’oublie pas la glacière, faudrait pas qui manque quelqu’ chose !

Chaque année, en juillet, ils sont plus de douze millions de supporters aux bords des routes du Tour de France. Tous d’horizons différents, tous accros à la Grande Boucle. Suivons l’ascension de trois d’entre eux : Bernard, Raymond et Jacques, des aficionados du Tour.

Écrit à partir de témoignages de supporters/camping-caristes du Tour de France, ce spectacle met en scène trois personnages : Bernard, ancien coureur pro, Raymond, l’ami de toujours et Jacques, qui vend son camping-car…

C’est l’histoire de trois larrons.

Bernard d’abord, un ancien coureur pro, porteur d’eau, à la carrière brisée par le dopage et qui cherche un camping-car pour suivre le Tour, Jacques vend le sien.

Jacques, cycliste amateur, a deux passions : monter des cols, fumer des joints.

Raymond c’est le vieux pote. Il a mis fin à sa carrière de cycliste pro après avoir assommé son leader et son directeur sportif. Devenu garagiste, il aime le rouge et s’empourpre dès qu’on lui parle « maillot jaune. »

Bernard a inventé un jeu pour renouer avec le grand frisson, le jeu « des forçats du bord de la route ».

Commence alors l’ascension des trois larrons qui devient plus épineuse que prévue et qui au fil des bouteilles et des virages se transforme en une rude montée de Golgotha.

Une montée qui ouvre sous les armures de ces cœurs trop fragiles, de grands désirs de fraternité.

Sont évoqués alors avec passion, frénésie et humour les spectateurs du Tour de France.

Articles de presse :

« Sur un rythme trépidant, trois acteurs survoltés parlent passion, déception, dopage, éthique, sens de la vie … Un tour de force haletant comme un contre-la-montre. » M.T. L’Yonne Républicaine.

 

« Le Panache du derrière ! Pas sûre qu’il faille adorer forcément le Tour de France pour goûter cette farce faite de bibine et de meurtrissures, de rêves de gosses devenus grands garçons.

Attendrissant et émouvant, lyrique parfois, ce spectacle sait ménager les demi-teintes, se laisser écouter à la marge entre mélancolie et rires vrais. » Meriem Souissi – Le JSL

 

« Une pièce écrite avec force et tendresse par Patrick Grégoire, à partir de témoignages d’anciens coureurs et de fans qui, à travers ces dialogues, est loin des clichés habituels représentants les aficionados du Tour de France.

Sur un rythme soutenu, entrecoupés de véritables sprints, les comédiens Benoît Chauleur et Raphaël et Julien Thiéry jouent le rôle d’anciens coureurs professionnels et obscurs porteurs d’eau du peloton qui rencontrent un amateur et amoureux du mont Ventoux qui vend son camping-car. Ce trio exprime, au fil des échanges, des souvenirs pas toujours glorieux, des enthousiasmes extériorisés ou cachés ou plus prosaïquement le sens de l’existence suscités par la Grande Boucle chez ces trois hommes.

Vu les nombreux rappels du public en fin de spectacle, une chose est sûre, l’équipe de l’Estaminet rouge a gagné une étape.» Le Bien Public.

 

« Loin de la fresque nostalgique et du « c’était mieux avant », Patrick Grégoire s’intéresse à l’individu, émouvant à travers la masse difforme et effrayante qui s’agglutine sur les bords des routes pour chercher à comprendre ce qui anime ces passionnés. Aux petites histoires de cette grande histoire du Tour. Aux petites histoires des bas-côtés. Un beau spectacle-hommage aux aficionados du Tour. » Dijon Beaune mag

 

« Les forçats du bord de la route c’est l’ambiance qui règne chaque année sur le bord des routes du Tour de France et la passion du Tour retranscrite sur scène avec humour et tendresse. » France 3

 

« Des Forçats drôles et humains. Fruits d’une longue collecte de témoignages auprès de passionnés du Tour de France, la dernière création de la Cie l’Estaminet Rouge est un petit moment d’humanité au théâtre. Humain, frénétique et tendre. » MP Le JSL
Le spectacle est soutenu par: CRB, CD71, CD58, Adami, Drac

Lien vers le site de la compagnie : https://www.facebook.com/cielestaminetrouge

Crédit photo : C.Cugniet